vendredi 26 janvier 2018

Confession - panne - retour. I'm back.

Salut les poussins,

J’ai eu une panne. Pas une panne sexuelle (je vous vois venir, les coquinous), pas une panne d’électricité.. non, une panne de lecture. Pour quelqu’un qui vit pour les livres comme moi ça a été horriblement dur. Un des moments les plus vides de ma vie. Je me suis sentie seule, je n’ai pas voyagé, je ne suis pas tombée amoureuse, je n’ai pas pleuré ou simplement été émue.. 

Pourquoi? Il y a de multiples raisons j’imagine. Je fais ce blog depuis des années déjà et peut-être qu’un peu de fatigue s’est accumulée à la fatigue de la vie quotidienne; 2017 a été une année très difficile pour nous, ponctuée de mauvais coups du destin, de pertes tragiques, de douleurs mentales et physiques.. Aujourd’hui je n’irais pas dire que notre parcours du combattant est fini mais ce vide dans mon cœur qui grandissait et grandissait a fini par m’étouffer: j’ai besoin de mes livres! J’ai besoin de Jane Eyre, d’Harry Potter, d’Elizabeth Bennett, de d’Artagnan, d’Augustus Waters et de tous ces milliers d’autres héros qui m’ont soutenue et fait rêver toutes ces années. Ces héros avec qui j’ai grandi, avec qui je vis depuis que je sais tenir un livre en main. Mais vous savez quoi? J’ai aussi besoin de tout ceux que je ne connais pas encore. J’ai besoin de vivre à travers eux, j’ai besoin de ressentir, j’ai besoin de m’évader. Parce que c’est ce que la lecture a toujours fait pour moi. 

Si je me suis éloignée d’eux, je ne les ai jamais oubliés. J’ai acheté des livres, j’en ai loués à la bibliothèque (et rendus, jamais lus), j’en ai ouverts, j’en ai commencés, j’en ai baladés.. ils étaient là, toujours. Parce que depuis que je sais tenir un livre, je suis un rat de bibliothèque. Mes livres sont ma deuxième famille. Une famille pleine de gens différents, des gentils, des méchants, des égoïstes, des terrifiants, des amoureuses, des aventuriers.. Je les ai quelque peu mis en sourdine mais aujourd’hui, je leur redonne vie. Et je retrouve ma voix et ma voie ici, avec vous. 

Ce que c’est bon!

Je reviens dès demain avec une chronique sur le petit dernier de John Green!

Des bisous!

1 commentaire:

  1. Magnifique Elodie ! Tu nous a manqué. 2018 va être juste fantastique. Et puis, n'oublie pas cette maxime de Sénèque : La vie ce n'est pas d'attendre que l'orage passe c'est d'apprendre à danser sous la pluie.

    RépondreSupprimer